Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

TARN-ET-GARONNE : LE SYNDICAT DES ENSEIGNANTS ALERTE LE DIRECTEUR ACADÉMIQUE DU DÉPARTEMENT

Le directeur académique a adressé un courrier aux enseignants qui a provoqué un tollé, Sylvie Loire, du syndicat des enseignants de l’Union Nationale des Syndicats Autonomes lui a répondu dans un courrier mis en ligne sur le site du SE-82 : «  Monsieur le Directeur, ce courrier a été très mal perçu par un grand […]

Le directeur académique a adressé un courrier aux enseignants qui a provoqué un tollé, Sylvie Loire, du syndicat des enseignants de l’Union Nationale des Syndicats Autonomes lui a répondu dans un courrier mis en ligne sur le site du SE-82 : «  Monsieur le Directeur, ce courrier a été très mal perçu par un grand nombre de nos collègues. Même si vous nous renouvelez par écrit en fin de courrier toute votre confiance et vos encouragements, un grand sentiment de culpabilisation, et d’incompréhension du vécu dans les écoles nous est parvenu suite à ce courrier. Culpabilisation, car si des écoles ferment ce sera à cause de collègues qui ont oublié la distanciation et les gestes barrières. Culpabilisation car les quelques moments de convivialité possibles dans nos écoles deviennent des facteurs de transmission ».

Le syndicat précise aussi que cette organisation qui a regroupé ces enseignants durant la pause méridienne a été mise en place par ses services : « Suite à des recoupements effectués par vos services, il s’avère que ces collègues ont tous été regroupés à des moments de la journée en pause-café ou méridienne lors du repas. De ce fait vous nous enjoignez fortement de redoubler de prudence lors de ces temps de regroupement afin que le service public d’éducation du Tarn et Garonne ne soit pas dans l’obligation de fermer ses portes par manque de remplaçant« .

Depuis des années les différents syndicats d’enseignants alertent les pouvoirs publics sur le manque de moyens dans l’école publique.

C’est l »incompréhension car les conditions dans lesquelles les collègues prennent leur repas sont les mêmes depuis des années : dans une salle des maîtres avec la photocopieuse ou encore une pièce exigüe qui sert à tous les personnels de l’école, voir même où on y soigne les bobos de nos élèves. Cette crise sanitaire a au moins le mérite de montrer que ces conditions sont totalement anormales et que même si cela est connu de notre employeur, rien n’a été fait dans le sens d’une amélioration » conclut le courrier de syndicat des enseignants de l’UNSA (Union Nationale des Syndicats Autonomes).

Pour l’instant, aucune école n’a été fermée dans le Tarn-et-Garonne contre 16 dans le reste de l’Académie de Toulouse, qui compte à ce jour 116 membres du personnel de l’Éducation Nationale contaminés par la Covid-19. Ce jeudi 5 novembre, de nombreux enseignants sont en grève pour dénoncer notamment « l’impossibilité d’application du protocole sanitaire » ils alertent les autorités sur la « promiscuité entre les élèves et l’absence d’aération« .

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.