Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

TOUR DE FRANCE FEMMES : UNE ÉTAPE « 100% SEINE-ET-MARNE »

Après 12 années d’absence, l’épreuve cycliste féminine fait son grand retour cette année. Le 25 juillet, la deuxième étape s’élancera de Meaux pour se terminer 135 kilomètres plus loin dans la cité médiévale de Provins. Une belle reconnaissance pour le département francilien qui multiplie, depuis plusieurs années, les initiatives en faveur de la « petite reine ».

La belle histoire d’amour entre la Seine-et-Marne et le vélo continue. Jeudi, au Palais des congrès de Paris, Marion Rousse, la directrice du « Tour de France Femmes avec Zwift » (le nom officiel de l’épreuve) a dévoilé les huit étapes de la course cycliste professionnelle. La 18e édition partira des Champs-Élysées le dimanche 24 juillet – le jour de l’arrivée du Tour de France masculin – et se terminera le 31 juillet à La Planche des Belles Filles, dans le massif vosgien.

La deuxième étape se déroulera entièrement dans le département de Seine-et-Marne. Les coureuses s’élanceront de Meaux pour arriver à Provins, en passant par les châteaux de Vaux-le-Vicomte et de Blandy-les-Tours. Au terme des 135 kilomètres, la victoire se disputera au sprint, prévoient les organisateurs.

En lice pour 2024

« La Seine-et-Marne est une terre de cyclisme avec plus de 4.000 kilomètres de routes départementales traversant de nombreux plateaux, vallées et forêts. Notre département dispose de réels points forts géographiques et patrimoniaux pour accueillir cette étape. Nous nous réjouissons de cet événement qui renforce notre candidature pour l’accueil de la course olympique cycliste de 2024 », s’est réjouit Bouchra Fenzar-Rizki vice-présidente du conseil départemental de Seine-et-Marne chargée des sports.

Après avoir accueilli, cet été, les courses du championnat de France sur route de l’Avenir et organisé le plus grand événement consacré aux cycles, Vélo en grand, le département confirme, à présent, ses ambitions de devenir un grand territoire de sport en général, féminin en particulier.

« Nous souhaitons sur l’ensemble du territoire développer et valoriser le sport féminin, qu’il soit amateur ou de haut niveau. L’étape seine-et-marnaise du Tour de France Femmes illustre cette volonté et cette nouvelle dynamique », souligne Jean-François Parigi, le président du conseil départemental.

Crédit photos: Pixdeluxe -Gettyimages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.