Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

OISE : UNE MANIFESTATION DE SOUTIEN AU DROIT À L’AVORTEMENT À BEAUVAIS

À l’appel de plusieurs associations dont le Foyer des jeunes travailleuses (FJT), plusieurs dizaines de manifestants se sont réunis, samedi après-midi, devant l’hôtel de ville de la préfecture de l’Oise afin de témoigner de leur solidarité avec les Américains. Le 24 juin dernier, la Cour suprême des États-Unis a, en effet, remis en cause le droit constitutionnel d’accès à l’IVG.

« Mon corps ne vous appartient pas », « Un enfant quand je veux, si je veux, avec qui je veux » ou encore « IVG sacrifiée, femme pénalisée »…  Les slogans sur les pancartes brandies par la centaine de participants à la manifestation, samedi 2 juillet à Beauvais, étaient sans équivoque.

À l’initiative du Foyer de jeunes travailleuses (FJT) Louise-Michel et le soutien de nombreuses associations – Solidarité migrants, Destins de femmes, la Ligue des droits de l’Homme locale et de la Fédération syndicale unitaire (FSU), ainsi que celui de la préfecture de l’Oise et de la municipalité, ils se sont mobilisés pour défendre le droit à l’Interruption volontaire de grossesse (IVG).

Des inquiétudes en France

Le 24 juin, la plus haute instance des États-Unis a prononcé l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement, garanti depuis près de 50 ans, laissant à chaque État la possibilité de le légaliser ou non. Plusieurs d’entre eux, comme le Missouri ou le Dakota du sud, ont d’ores et déjà annoncé l’interdiction de la procédure.

« Il n’y a pas qu’aux États-Unis que le droit à l’IVG est menacé. Il y a des atrocités qui existent, la souffrance est présente aussi ici, à Beauvais, dans les quartiers », a déclaré Fatiha Bouzekri, présidente de Destin de femmes, rapporte Le Parisien.

Certaines associations de défense des droits des femmes demandent que le droit à l’avortement soit inscrit dans la Constitution française. La présidente du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale, Aurore Bergé, et des députés de la Nupes ont déposé deux propositions de loi en ce sens.

Crédit photos: Laura Rosina – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet