Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

WIND MY ROOF A LE VENT EN POUPE

Fondée en 2018 par trois ingénieurs des Ponts, la start-up incubée au Greentech de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) a mis au point une petite éolienne qui s’adapte à toute taille de bâtiment. L’idée est originale : produire de l’électricité grâce à une turbine horizontale installée en bordure de toiture. Discrète, silencieuse et écologique, la WindBox, imaginée par […]

Fondée en 2018 par trois ingénieurs des Ponts, la start-up incubée au Greentech de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) a mis au point une petite éolienne qui s’adapte à toute taille de bâtiment. L’idée est originale : produire de l’électricité grâce à une turbine horizontale installée en bordure de toiture.

Discrète, silencieuse et écologique, la WindBox, imaginée par Antoine Bichot, Yanis Maacha et Baptiste Lafoux, pourrait bientôt faire son apparition dans les paysages urbains et péri-urbains. Les trois ingénieurs ont, en effet, développé une solution innovante pour produire de l’électricité : une éolienne de toiture à turbine horizontale adaptable sur les bâtiments existants. « À Wind my Roof, la conviction première est que la transition énergétique se fera à l’échelle des villes et des bâtiments, au travers d’innovations de rupture mettant la technologie au service de l’écologie », explique Antoine Bichot.

Les 3 ingénieurs à l’origine du projet Wind My Roof – ©photos: WindMy Roof

C’est en étudiant la trajectoire du vent autour des bâtiments et comment récupérer cette énergie, que la solution leur est venue. Conclusion : le seul endroit exploitable avec un faible impact environnemental est l’acrotère, le bord du toit. Le module d’une dimension de 1,50 mètre de haut sur deux mètres de large doit être installé sur un bâtiment à toit plat d’une hauteur de 10 mètres minimum et d’une superficie de 750 mètres carré ou plus. Afin d’obtenir une production significative, l’installation nécessite d’intégrer un minimum de 25 éoliennes. Parmi les autres avantages : la WindBox est compatible avec des panneaux photovoltaïques dans le cadre d’un mix énergétique performant.

En Europe, un marché de 27 milliards d’euros

Les fondateurs de Wind my Roof ciblent, principalement, deux typologies de clientèle, les groupes industriels et professionnels disposant de parc immobilier à toit plat (grandes surfaces, magasins de retail, plateformes logistiques) et les collectivités disposant de locaux adéquats (collèges, lycées, bureaux). En France, ce marché représente un potentiel de plus de 3.000 kilomètres linéaires, soit 3,5 milliards d’euros.


Il y a un an, Inerbiz, le fonds d’investissement de Vinci Énergies est entré au capital de la start-up seine-et-marnaise aux côtés de KIC InnoEnergy, la branche opérationnelle de l’Institut européen innovation et technologie, afin d’accélérer la phase d’industrialisation. Les toits des bâtiments de SDEL Transport et de Citéos à Viry-Châtillon (Essonne) vont, d’ailleurs, bientôt être équipés de WindBox à des fins d’auto-consommation et pour assurer la recharge de véhicules électriques de service.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX SOUPCONNÉE DE « FRAUDE FISCALE » PAR LA HATVP

POLITIQUE

Après avoir annoncé lundi sa démission du Gouvernement, la désormais ex-ministre des Collectivités territoriales va peut-être devoir s’expliquer, à présent, devant la justice. La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a, en effet, saisi le procureur de la République pour des faits supposés « d’évaluation mensongère » et de « fraude fiscale ».