Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

YONNE : À AVALLON, JEAN-YVES CAULLET PASSE LA MAIN

Une page va bientôt se tourner dans la cité morvandelle. C’est dans une courte vidéo tournée pour présenter ses vœux aux habitants d’Avallon que le premier magistrat de la ville a annoncé sa démission de sa fonction de maire qu’il occupe depuis 2001.  « Il est temps comme je l’avais annoncé au moment de ma candidature, […]

Une page va bientôt se tourner dans la cité morvandelle. C’est dans une courte vidéo tournée pour présenter ses vœux aux habitants d’Avallon que le premier magistrat de la ville a annoncé sa démission de sa fonction de maire qu’il occupe depuis 2001. 

« Il est temps comme je l’avais annoncé au moment de ma candidature, comme je l’ai répété tout au long de la campagne, comme je l’ai redis en publiant les résultats de l’élection par laquelle vous m’avez encore fait confiance ainsi qu’à ma nouvelle équipe, de transmettre le témoin, de passer le relais. Il ne faut pas se contenter de souhaiter que des nouvelles générations prennent leurs responsabilités. Il faut les y aider, il faut transmettre, il faut faire la place et je suis très fier dans les semaines qui viennent de pouvoir, à l’anniversaire de ses 20 ans de responsabilités, transmettre la responsabilité de maire. » 

Après une nouvelle élection lors du conseil municipal de mars prochain, le poste de maire devrait revenir « pour la première fois à une femme », « née à Avallon », sa première adjointe Jamila Habsaoui. « Elle a toute ma confiance et elle mérite largement la vôtre », s’est réjoui Jean-Yves Caullet. Celui qui préside toujours le conseil d’administration de l’Office national des forêts (ONF) n’abandonne pas pour autant la sous-préfecture de l’Yonne puisqu’il va continuer de siéger au conseil municipal. Il entend suivre de près l’avenir du site SKF et le chantier du nouvel hôpital. Élu en 2012 à la députation sous l’étiquette du Parti socialiste, il avait été battu lors des dernières législatives après avoir rejoint La République en marche (LaRem).

Il se murmure d’ailleurs que celui qui a participé à rédaction de la Constitution d’Andorre en 1993 sous la présidence de François Mitterrand pourrait avoir un rôle à jouer lors de la prochaine élection présidentielle.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.