Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

YONNE : CENTRE 15, LA MOBILISATION S’ORGANISE À AUXERRE

Mieux vaut tard que jamais ! La délocalisation du centre de réception et de régulation des appels d’urgence auxerrois – communément appelé le 15 – vers le centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon avant 2022 semble avoir été acté depuis que l’Agence régional de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté a rendu ses conclusions dans son « plan […]

Mieux vaut tard que jamais ! La délocalisation du centre de réception et de régulation des appels d’urgence auxerrois – communément appelé le 15 – vers le centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon avant 2022 semble avoir été acté depuis que l’Agence régional de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté a rendu ses conclusions dans son « plan régional de santé » 2018-2028.

Fin octobre, le député de la première circonscription de l’Yonne était entré dans une colère noire à la suite de la publication de documents internes qui tendaient à confirmer ce déménagement. Guillaume Larrivé avait demandé, par ailleurs, la création d’une plateforme commune mutualisant les appels du 15 et du 18 afin qu’Auxerre ne subisse pas le même sort que Nevers (Nièvre) qui, il y a trois ans, a vu son centre d’appels d’urgence transféré vers la capitale des Ducs de Bourgogne.

Il y quelques jours, le président du conseil départemental de l’Yonne, Patrick Gendraud, le maire d’Auxerre et président de la communauté d’agglomération, Crescent Marault, et Christophe Bonnefond, le président du Syndicat départemental d’incendie et de secours de l’Yonne (Sdis 89), se sont joints au parlementaire pour créer le collectif départemental de défense des urgences et des secours de l’Yonne.

Lors d’une conférence de presse commune, les élus ont affirmé vouloir défendre ce projet de plateforme commune entre le Samu et les pompiers auprès de Pierre Pribile, le directeur général de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. « On veut dire stop aux technocrates qui vont affaiblir le département de l’Yonne », a déclaré Guillaume Larrivé. « Les habitants de l’Yonne méritent qu’on s’occupe d’eux. Ce n’est pas parce qu’on n’habite pas à Dijon que l’on doit avoir un service de secours moins bien. »

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.