Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

YONNE : DOMAINE DE PONTIGNY, LE PROJET DE LA FONDATION SCHNEIDER VALIDÉ

Le natif de Joigny entend y développer un complexe alliant culture, tourisme et agriculture bio. Il faisait figure de favori, c’est désormais officiel. Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a validé le projet présenté par la fondation Schneider pour le rachat des 9,5 hectares de terrain et des 5000 mètres-carrés de bâtiments de l’abbaye de Pontigny. […]

Le natif de Joigny entend y développer un complexe alliant culture, tourisme et agriculture bio.

Il faisait figure de favori, c’est désormais officiel. Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a validé le projet présenté par la fondation Schneider pour le rachat des 9,5 hectares de terrain et des 5000 mètres-carrés de bâtiments de l’abbaye de Pontigny. La vente de domaine a été actée pour 1,8 million d’euros.

« La fondation de l’homme d’affaires François Schneider, natif de Joigny et fondateur des eaux Wattwiller, veut en effet construire dans le bâtiment principal un complexe hôtelier haut-de-gamme couplé à un restaurant gastronomique. Dans les autres bâtiments, est prévue la construction d’un centre d’art contemporain, de salles de conférences, salles d’exposition et d’un musée sur l’histoire des Cisterciens et du vignoble chablisien », souligne le Conseil régional. « Sur le domaine foncier, la fondation prévoit de produire du blé de panification, des plantes médicinales et des fruits en agriculture biologique. Le projet est estimé а 50 millions d’euros et devrait permettre de créer plusieurs dizaines d’emplois. »

Le projet de l’industriel a été préféré à celui de la fraternité sacerdotale Saint-Pierre qui souhaitait y créer un lieu de formation des prêtres et proposait, pourtant, 300 000 euros supplémentaires.

Selon le quotidien catholique La Croix, cette dernière pourrait d’ailleurs constituer un recours devant les tribunaux. L’an dernier, l’annonce de la mise en vente de l’ensemble abbatial par le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, propriétaire des lieux depuis 2003, avait localement suscité l’indignation. Aujourd’hui, plusieurs voix se lèvent, notamment à droite, contre ce qu’elles considèrent comme être une « liquidation » du patrimoine.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet